Un prédateur sexuel qui est attiré par les enfants est libéré par erreur

Un prédateur sexuel qui est attiré par les enfants est libéré par erreur

Un prédateur sexuel qui a été condamné et qui est présentement en attente de procès pour agression sexuelle et menaces de mort a été libéré par erreur suite à une erreur administrative.

Le prédateur de 22 ans nommé Brendon Wayne Spurrell était en procès vendredi au palais de justice d’Ottawa pour manquement à sa probation et il a été déclaré coupable. Il devait alors rester en détention dans l’attente de son procès pour menaces de mort, agression sexuelle, voies de fait et vol d’automobile.

Or, Spurrell a été libéré par erreur entre vendredi et dimanche, et ce, en raison d’une erreur administrative inconnue.

On ne sait pas si le délinquant sexuel a été libéré accidentellement du palais de justice de la rue Elgin ou du Centre de détention d’Ottawa-Carleton.

Il n’en demeure pas moins que Spurrell a été libéré par accident et la police d’Ottawa demande maintenant l’aide du public afin de retrouver le fugitif qu’elle considère comme étant dangereux.
Lire aussi : Une mère laisse son fils de 2 ans seul pendant 5 minutes et c’est la catastrophe.

La police a publié un communiqué de presse cette semaine en indiquant que les autorités tentaient de localiser l’homme recherché, mais le communiqué ne mentionnait pas ses condamnations, les accusations portées contre lui, ou le fait qu’il avait été accidentellement libéré de la garde.

Dans la déclaration demandant l’aide du public afin de retrouver Spurrell, la police a également émis un avertissement, disant: “S’il vous plaît, ne pas l’approcher.”

La police a plutôt invité le public à appeler le 911, au lieu d’intervenir directement auprès de l’homme.

Le tribunal a lancé un mandat d’arrêt contre lui.

Spurrell est blanc, il mesure environ 1m75 et pèse 72 kilos. Il a les cheveux noirs courts et les yeux bleus.
Lire aussi : Un individu en bonne santé pète en moyenne 14 fois par jour

En février 2019, Spurrell avait été condamné à deux ans de prison pour avoir violé une mineure après l’avoir rencontrée en ligne. Il a obtenu sa libération conditionnelle la même année, mais il avait ensuite été accusé d’autres crimes, dont une autre agression sexuelle.

Les autorités enquêtent sur la façon dont Spurrell aurait été accidentellement libéré.

(Visited 1 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *